Corps Impatients – Emma M. Green

Corps Impatients – Emma M. Green

corps-impatients

 

Entre eux, c’est impossible.
Alors elle sera son secret…

Après un début de vie chaotique consacré à sa mère alcoolique, ses trois petits frères livrés à eux-mêmes et ses jobs sous payés, Thelma a décidé d’échapper au destin médiocre qui l’attend… et de s’occuper d’elle, enfin. À 21 ans, elle décroche une bourse pour entrer à la prestigieuse université de Columbia, New York.
Les mecs ? Pas envie. Les loisirs ? Pas le temps. Les amis ? Tout juste divertissants. Thelma sait qu’elle tient son unique chance de s’en sortir. Et rien ne pourra l’empêcher de réussir.

Mais sur le chemin de la réussite, elle va très vite croiser Finn McNeil, le plus célèbre et le plus sexy des profs de littérature, dont les best-sellers s’arrachent par millions. Thelma se fait alors une promesse : ne jamais intégrer Le Cercle des Étudiantes Transies d’Amour qui gravite autour du professeur McLove.

Ce que j’en ai pensé

L’idée de lire une romance parlant d’une idylle professeur/élève me mettait en joie, sans trop savoir pourquoi. En fait si, je sais pourquoi ! Parce que les milliardaires au passé difficile, les accros au coït et les lycéens/étudiants option baises compulsives commençait un peu à me taper sur la cafetière. Du coup, lorsque je me suis penchée sur la quatrième de couverture de Corps impatients, j’ai senti que l’histoire de l’étudiante acharnée et du professeur de littérature sexy en diable, ça pouvait matcher.

Au début, j’ai eu du mal avec l’écriture parce que trop habituée à lire de la new romance rédigée dans un langage simpliste. Ici, c’est un peu plus soutenu, un peu plus recherché tout en gardant le coté cash si représentatif du genre. Et puis finalement, je me suis laissée emporter par l’histoire et je n’ai mis que quelques jours à lire les 540 pages de ce pavé.

On fait donc la connaissance de Thelma, étudiante en double cursus littérature (obviously) et marketing, motivée à provoquer sa chance pour s’offrir un avenir meilleur et mettre ses trois frères (aux prénoms tout aussi étranges) sur la route de la réussite malgré un #passédifficile (bah ouais, on ne va quand même pas pousser l’originalité trop loin !) à cause d’une mère démissionnaire et alcoolique qui a quand même réussi à faire quatre enfants avec quatre pères différents sans qu’un seul d’entre eux ne reste pour s’occuper de sa progéniture (pas de chance). Dans tout ça, Thelma est quand même assez antisociale, typiquement « new romance » c’est à dire : simple mais intelligente, acharnée et indépendante et ne laisse aucune place a l’amour, au plaisir et autres distractions relous (selon elle évidemment). Lorsqu’elle fait la connaissance du professeur McNeil, c’est le bordel. Ce mec est écrivain, scénariste de ses oeuvres adaptées au cinoche, invité des plateaux télé du monde entier et professeur de littérature à ses heures perdues dans la fac de Thelma. La manière dont tout cela est amené nous laisse à penser comme Thelma que ce mec est trop beau pour être vrai, ou du moins pour être honnête. Alors on attend et on cherche la faille. Au milieu des colocataires un peu bizarres de Thelma, de sa famille totalement dysfonctionnelle, du fan club un peu énervant du professeur McLove (oui c’est son surnom), et des quelques autres personnages qui viennent mettre leur grain de sel dans cette idylle atypique et interdite, on s’attache au personnage principal parce qu’elle tient justement parfaitement son rôle, sans jamais faiblir, sans jamais trop chouiner, avec juste cette pincée d’exaspération qui nous fait agréablement pester.

Je dois tout de même avouer que j’ai eu du mal sur la fin, parce que le livre est dense et que je l’ai lu d’une traite alors qu’il est normalement constitué de plusieurs tomes. Peut-être que je manquais un peu de suspense à la fin, parce que j’ai trouvé que les dernières parties manquaient parfois de souffle, ou que les rebondissements (pourtant nombreux) n’étaient pas assez exploités (oui j’aime qu’un personnage souffre :D).

En résumé, ce n’est pas un coup de coeur, mais c’était vraiment une lecture sympa que je recommande aux plus motivées.

Titre : Corps impatients
Auteur : Emma M. Green
Genre : Adult Romance
Nombre de pages : 540
Date de parution : 14 novembre 2016
Prix : 14,90€
Éditions : Addictives

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top