je-suis-fille-de-rage-photo

#PLIB2020 | Les 5 finalistes

1

Les Brumes de Cendrelune de Georgia Caldera (J’ai Lu)

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Les Brumes de Cendrelune fait partie de ces livres que je m’empresse d’acheter à leur sortie, parce qu’ils me font envie dès que mon regard croise leur route dans un post promotionnel (victime du marketing, vous vous souvenez ?) et que je laisse trainer un peu dans ma PAL avant de les dévorer compulsivement en me demandant pourquoi je ne me suis pas ruée dessus avant. Si c’est bel et bien mon engagement pour l’édition 2020 du PLIB qui m’a fait sauter le pas, c’est sans pression que je me suis lancée dans cette lecture, avide seulement de vivre des émotions dans un univers bien différent du mien. Et de ce point de vue là, je n’ai rien à dire de plus que « waouh » !

L’introduction, qui n’est autre qu’un flash du passé de Céphise, notre personnage principal, nous plonge directement dans le bain et nous donne déjà les clefs pour comprendre l’univers dans lequel nous venons de mettre les pieds : sombre, intransigeant et dangereux ! Et puisque nous sommes déjà informés par la quatrième de couverture que notre héroïne n’a plus grand chose à perdre dans la vie, l’auteure fait directement la lumière sur les évènements qui ont conduit Céphise à devenir ce qu’elle est aujourd’hui : une paria, une solitaire et surtout, une rapiécée (comprendre, une personne amputée d’un ou plusieurs membres qu’on a remplacé par des membres métalliques) et qui sonne comme une insulte dans le monde dans lequel elle évolue.

Lire la suite

Titre : Les Brumes de Cendrelune – 1 : Le jardin des âmes
Auteur : Georgia Caldera
Genre : Fantasy
Nombre de pages :  348 pages
Date de sortie : 02 octobre 2019
Prix support papier : 13,90€
PLIB 2020 : #ISBN9782290165614
Éditions : Éditions J’ai Lu


2

La cité des chimères de Vania Prates (SNAG Fiction)

Le monde tel qu’on l’a connu a disparu. Chaos, misère, famine … Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu’ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.

Dans ce monde proche de l’utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n’a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu’elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redouté « Confrérie des Sans-loi ».

Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Il y a des livres qui sont comme une évidence, et d’autres à qui on aurait pas jeté un œil en d’autres circonstances. Eh puis, il y a ces lectures qui sont des « peut-être », des « pourquoi pas », des « plus tard »… La Cité des Chimères faisait partie de cette troisième catégorie. La couverture m’attirait, la quatrième aussi mais je ne suis pas gourmande de science fiction, alors j’avais décidé de le laisser de côté. S’il n’avait pas terminé dans les cinq finalistes du PLIB 2020, peut-être y serait-il d’ailleurs resté. Et ça aurait été dommage parce que, loin de la révélation, c’est un premier tome prometteur que nous offre Vania Prates.

L’intrigue se déroule dans un monde post-apocalyptique, un peu mystérieux. On comprend, à demi mot, que la terre depuis laquelle je vous écris cette chronique n’est plus, et que ses habitants dont nous faisons partie ne sont plus non plus. En bref, les humains n’ont pas réussi à vivre en harmonie, ont saccagé leur seule planète disponible et l’Ancien monde est un modèle à ne surtout pas reproduire. Ça vous rappelle quelque chose ? C’est ce qui m’a attiré dès le départ dans cette histoire. J’aime que la fiction nous mette en face de nos propres absurdités et même si la littérature n’a pas vocation à changer le monde, ça ne fait de mal à personne d’imaginer un peu ce qui risque d’arriver si nous continuons dans cette voie. Ainsi, Londres est devenue Lowndon Fields et ses habitants ont développé des capacités particulières appelé « chi », qui correspond à leur nature profonde, qu’ils développent et mettent au service de la communauté afin de toujours vivre en harmonie.

Lire la suite

Titre : La Cité des chimères
Auteur : Vania Prates
Genre : Science-fiction
Nombre de pages : 442 pages
Date de sortie : 3 octobre 2019
Prix : 18,00€
PLIB 2020 : #ISBN9782490151219
Éditions : SNAG Fiction


3

Félines de Stéphane Servant (Rouergue)

Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d’ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c’est quand les premiers cas sont apparus, personne n’était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d’un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de… dont les sens étaient plus… et les capacités… Inimaginable… Cela n’a pas plu à tout le monde. Oh non ! C’est alors qu’elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher !

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Ce roman dystopique se présente sous la forme d’un témoignage, point fort de l’histoire. J’ai accroché dès les premières lignes grâce à cette entrée en matière originale, qui plonge le lecteur directement dans l’histoire au point qu’il a l’impression d’en être acteur, ou du moins, un témoin très privilégié.

Là où beaucoup n’ont pas apprécié la rapidité avec laquelle les actions se déroulent, j’ai aimé cette fluidité et cette manière de ne jamais tourner autour du pot. Et même si les réactions humaines, tout au long du récit, paraissent violentes, parfois même poussées à l’extrême, ce choix assumé permet de se sensibiliser rapidement aux sujets évoqués.

J’ai particulièrement apprécié que le personnage de Louise soit tout en nuances, et que d’une peste autocentrée et manipulatrice, on passe à une adolescente renfermée à la limite de la paria pour terminer sur une femme épanouie et solaire. Alors même si la fin n’est pas du goût de tous, je me suis laissée emporter par l’histoire de Louise et de ses congénères et, c’est ce qui est chouette avec le PLIB, je suis ravie d’avoir découvert Félines et la plume de Stéphane Servant !

Titre : Félines
Auteur : Stéphane Servant
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 464 pages
Date de sortie : août 2019
Prix : 15,80€
PLIB 2020 : #ISBN9782812618291
Éditions : Rouergue


4

Mers mortes de Aurélie Wellenstein (Scrineo)

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts.
Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire.
Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe, jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme.

Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple. Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Pour être tout à fait honnête, Mers mortes faisait partie des finalistes qui me faisaient le moins envie. Pourtant, il traite d’un sujet auquel je suis fortement sensibilisé : l’environnement. C’est donc pas emballée mais un peu intriguée tout de même que je me suis lancée dans cette lecture.

J’ai mis un peu de temps à rentrer dans cette aventure post-apocalyptique glaçante dans laquelle les créatures aquatiques spectrales de toute sorte reviennent se venger de l’Homme lors de marées fantômes dévastatrices. Et c’est d’ailleurs ce point qui m’a happé plus que le reste (peut-être parce que je commence vraiment à préférer les animaux aux humains…). On revient régulièrement, au travers de cauchemars, sur les horreurs subies par les animaux marins : pollution des océans, surpêche, parcs aquatiques… Le comportement de l’être humain face à la nature et à ses occupants est fortement mais justement montré du doigt via ces visions terribles qui viennent hanter le personnage principal, Oural. Les descriptions sont très visuelles mais tellement réelles qu’elles sont un point fort de ce roman.

Malgré un intérêt grandissant au fur et à mesure que les pages défilaient, je ne suis pas entièrement convaincue par Mers mortes et je pense que le personnage principal n’y est pas pour rien. Du début à la fin, je l’ai trouvé au moins sans profondeur, au pire agaçant parce qu’auto-centré. Pour quelqu’un qui se targue de défendre tous les humains, j’ai trouvé qu’il ne voyaient pas beaucoup plus loin que le bout de son nez la plupart du temps. Bref, heureusement que les personnages secondaires étaient plus nuancés… Mention plus que spéciale pour Bengale et son équipage qu’on suivrait au bout du monde sans bien comprendre pourquoi.

En bref, une lecture agréable dans l’ensemble, sur des sujets aussi sensibles qu’importants et actuels : la cause animale et l’environnement.

Titre : Mers mortes
Auteur : Aurélie Wellenstein
Genre : Science-fiction
Nombre de pages : 368 pages
Date de sortie : 14 mars 2019
Prix : 17,90€
PLIB 2020 : #ISBN9782367406602
Éditions : Scrineo


5

Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro

je-suis-fille-de-rage

1861 : la guerre de Sécession commence. À la Maison Blanche, un huis clos oppose Abraham Lincoln à la Mort elle-même. Le président doit mettre un terme au conflit au plus vite, mais aussi à l’esclavage, car la Faucheuse tient le compte de chaque mort qui tombe. Militaires, affranchis, forceurs de blocus, politiciens, comédiens, poètes… Traversez cette épopée pour la liberté aux côtés de ceux qui la vivent, comme autant de portraits de cette Amérique déchirée par la guerre civile.

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Ce roman historico-fantastique sur la guerre de Sécession est sans aucun doute celui qui me faisait le moins envie parmi ces cinq finalistes. Ce n’est pas à cause de son aspect puisqu’au contraire, je le trouve incroyablement beau et particulièrement soigné. Non, c’est avant tout parce que le sujet m’intéresse peu. J’aime l’histoire en générale, mais celle-ci ne pique en rien ma curiosité. Pire encore, j’avais peur que ma méconnaissance du sujet pénalise ma lecture. Bref, je n’étais pas sereine quand je m’y suis plongée.

Loin d’être la rebutade absolue, j’ai quand même eu du mal à m’accrocher. Pourtant, la forme du roman, à base de chapitres courts comme des extraits de documents ou encore de morceaux volés de conversations, a été un moteur pour me lancer dans la lecture. Les pages tournant rapidement, on fini par se prendre au jeu. Mais finalement, c’est sans doute ce qui m’a perdu. A force de changer de personnages et de camps toutes les deux pages, je n’arrivais ni à reconnaitre, ni à m’attacher et même si ce n’est pas toujours nécessaire pour apprécier une lecture, ici ça m’a manqué.

Enfin, l’histoire pâtit de l’absence de cette faucheuse tant attendue (celle qui avait vraiment piqué ma curiosité dès la quatrième de couverture). Peut-être est-elle plus présente dans la fin du livre, mais ça je ne le saurais jamais…

Titre : Je suis fille de rage
Auteur : Jean-Laurent Del Socorro
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 451 pages
Date de sortie : 11 octobre 2019
Prix : 23,90€
PLIB 2020 : #ISBN9782366294774
Éditions : ActuSF


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :