Une flamme dans la nuit – Sabaa Tahir

Une flamme dans la nuit – Sabaa Tahir

Tu as compris, Laia,
ils nous pourchassent.

Il n’y a aucun moyen
de quitter la ville.

La peur est notre meilleur guide,
elle nous maintiendra en vie.

Elias a toujours voulu quitter Blackcliff pour enfin devenir libre. Mais ce rêve a un prix : Laia, une jeune résistante, lui permettra de fuir s’il l’aide à faire évader son frère, enfermé dans la pire prison de Blackcliff. Malgré le risque, Elias n’hésite pas une seconde et décide de forcer son destin. Traqués par les Martiaux, les fugitifs ignorent que ce voyage les conduira jusqu’au cœur de l’Empire, où des dangers plus périlleux encore les attendent…

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Lorsque j’ai refermé le premier tome de la saga Une braise sous la cendre, je n’avais qu’une seule chose en tête : retrouver Elias et Laia, ainsi que tous les protagonistes de cette épopée incroyable à venir. L’attente n’a fait que renforcer mon attachement pour ces personnages, cet univers et l’ambiance si particulière qui règne dans ces pages. Alors quand j’ai enfin pu me plonger dans Une flamme dans la nuit, j’ai été happé dans un tourbillon d’émotions que seuls quelques auteurs sont capables de me faire ressentir. 

« Les étoiles sont tellement différentes quand on est libre. »

Comme dans le premier opus, les rebondissements ne se font pas attendre et sont tout aussi nombreux. En bref, on ne s’ennuie jamais ! Et c’est même parfois l’épuisement émotionnel qui fait refermer le livre pour quelques minutes de répit que les personnages, eux, ne connaissent jamais tout au long de leur périple. Cela ne diffère pas vraiment du rythme déjà soutenu du premier tome, mais les choses s’accélèrent lorsqu’un des personnages principaux est confronté à une urgence supplémentaire : sa propre mort programmée. 

« Ne t’éloigne pas de ceux qui tiennent à toi par peur de les blesser ou par peur d’être blessée. Ça sert à quoi d’être humain si tu ne t’autorises pas à ressentir quelque chose ? »

On retrouve bien évidemment Elias et Laia, qui fuient Serra en direction de la prison de Kauf pour libérer Darin, le frère de Laia, clé de voute de l’histoire grâce à son savoir sur l’acier sérique. On retrouve également Hélène qui devient au fur et à mesure que l’histoire avance un personnage d’égal interêt à Laia et Elias. D’ailleurs, l’auteur nous offre ici une triple narration alternée qui apporte un vrai plus à l’ensemble. Non seulement, elle nous permet d’en savoir un peu plus sur Hélène, notamment sur son enfance, sa famille, son engagement, mais aussi de garder un oeil sur le pouvoir en place. En effet, Hélène est devenue la Pie de sang de Marcus, pour le meilleur et surtout pour le pire. Face à ses sentiments contradictoires envers son ancien compagnon Mask, Elias, et la jeune femme qui voyage avec lui, Hélène devra faire des choix drastiques dont les conséquences ne joueront jamais en sa faveur. 

« La plupart des gens ne sont que de faibles lueurs dans la grande obscurité du temps. Mais toi, Helene Aquilla, tu n’est pas qu’une simple étincelle. Tu es une torche dans la nuit – si tu as le courage de te laisser consumer. »

D’autres personnages grandioses gravitent autour de ce trio. On retrouve notamment la Commandante que j’ai personnellement adoré détester. C’est un personnage de méchant sans pitié, d’une froideur absolue et qui n’hésitera jamais à ne laisser que la mort et la désolation dans son sillage. D’autres personnages réapparaissent tout au long du récit : Keenan qui remet au centre de l’intrigue le triangle amoureux sans pour autant que sa présence ne soit trop marquée, Izzi et sa douceur, et même Cuisinière dont le rôle reste, semble-t-il, encore à déterminer dans le tome suivant. 

« La compassion est une faiblesse. En témoigner à ses ennemis, c’est comme s’empaler sur son propre sabre. »

Si je devais souligner un léger défaut, c’est le côté surnaturelle qui touche Laia et qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. J’attends de voir ce qu’on va bien pouvoir en tirer dans le troisième et dernier tome. Mais j’imagine que Sabaa Tahir ne laisse rien au hasard, et j’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve pour son tome final. 

Titre : Une flamme dans la nuit
Auteur : Sabaa Tahir
Genre : Fantasy / Dystopie
Nombre de pages : 541 pages
Date de sortie : 17 novembre 2016
Prix support papier : 18,90€
Éditions : Pocket Jeunesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
%d blogueurs aiment cette page :