snwoblind-christopher-golden

Au coeur d’une terrible nuit d’hiver, la petite ville de Coventry fut frappée par une tempête de neige. D’une rare violence, elle emporta plus d’une dizaine de victime, à jamais perdues dans l’immensité blanche. Des familles entières furent brisées en une seule nuit, et l’existence des habitants en fut changée à jamais. Douze ans plus tard, la vie a repris son cours à Coventry, même si subsiste chez les survivants une angoisse aussi sombre qu’irrationnelle à l’approche de l’hiver. C’est alors qu’une nouvelle tempête s’annonce, plus terrifiante encore que la précédente… car cette fois, les disparus de cette nuit maudite sont de retour.

Titre : Snowblind
Auteur : Christopher Golden
Genre : Fantastique/Horreur
Nombre de pages : 429 pages
Date de sortie : 31 octobre 2014
Prix grand format : 23€ / Version poche : 6,90€
Éditions : Bragelonne
Quoi de mieux pour commencer le Pumpkin Autumn Challenge qu’une lecture frissonnante ? Même si Snowblind de Chistopher Golden aurait parfaitement convenu pour une longue nuit d’octobre, non loin d’un certain 31, c’est avec délectation que je me suis plongée dans cette aventure au royaume des hommes de glaces.

La neige tombait dru à présent, et un silence blanc avait envahi la ville. La météo avait prévu vingt centimètres de neige, qui finirait par se transformer en pluie. Demain, ce serait une sacrée pagaille, mais cette après-midi et ce soir, c’était magnifique.

Snowblind nous entraîne dans la vie d’une petite ville américaine, nommée Coventry, et de ses habitants alors qu’ils s’apprêtent à vivre l’une des pires tempêtes de neige de leur histoire, à l’issue de laquelle plusieurs personnes vont disparaitre dans des conditions pour le moins mystérieuses. 12 ans plus tard, alors que les survivants ont tenté, tant bien que mal, de se reconstruire, les prévisionnistes annoncent l’arrivée d’une nouvelle tempête, qui ramène avec elle les démons du passé. Et il se pourrait bien que ce ne soit pas qu’une expression…

Dans cette rue déserte, elle aurait pu être la dernière femme sur Terre, une voix humaine, unique, mais effrayée d’interrompre le dialogue tranquille entre la neige et le ciel.

Au fil des pages, Christopher Golden nous fait comprendre que personne ne sera épargné. Le lecteur reste glacé d’effroi jusqu’au point final quand les personnages sont ballotés comme les flocons de neige en plein blizzard. J’ai apprécié l’écriture addictive de l’auteur et son travail d’orfèvre sur une large palette de personnages dont aucun de prend vraiment l’ascendant sur les autres, mais qui nous permet tout de même de trouver une âme à laquelle se raccrocher. Mention spécial donc pour le personnage de Jake dont j’attendais les occurrences avec impatience.

Ils sont peut-être les dieux de l’hiver, les vestiges de divinités depuis longtemps oubliées, remontant à une ère où l’humanité vénérait les éléments.

Ce roman d’horreur, quoiqu’un peu en dessous d’un Stephen King — mais comment faire mieux que le roi du thriller ? — concernant le frisson, reste tout même un excellent divertissement, à savourer par une nuit de tempête !

%d blogueurs aiment cette page :